Le CSA remet de l’ordre dans les médias concernant le respect des femmes

Le CSA remet de l’ordre dans les médias concernant le respect des femmes

Le CSA remet de l’ordre dans les médias concernant le respect des femmes

Le CSA ou Conseil Supérieur de l’Audiovisuel a pour mission de sécuriser la liberté de communication audiovisuelle en France, plus précisément cette autorité française est appelée à réguler l’exploitation de la télévision et de la radio au nom de l’Etat, sans pour autant dépendre administrativement du gouvernement. De droit et de fait, le CSA est une autorité publique indépendante.

Les objectifs du CSA fixés à travers ses missions

Le CSA a pour objectif premier de garantir la liberté de communication audiovisuelle, en préservant le respect de la diversité politique. Au fur et à mesure que le CSA se développe, il renforce ses objectifs sur le plan social, culturel, économique et technologique. Le CSA est  exigeant quand il s’agit de respecter et de faire respecter les droits fondamentaux qui touchent notamment la protection des mineurs, le respect de la dignité humaine, la défense de la culture et de la langue française, le respect du pluralisme politique, le respect des femmes, etc.

Se basant sur la loi sur l’indépendance de l’audiovisuel public, le CSA veut remettre de l’ordre dans les médias et agir plus sérieusement pour le respect des femmes dans tous les secteurs d’activités.

Les interventions du CSA pour le respect des femmes

Le CSA se permet de rappeler à l’ordre les médias, les télévisions et les radios qui maltraitent les femmes, que ce soit des propos humiliants ou des blagues mal placées. Possiblement, une antenne peut être mise en demeure par le CSA si les chroniqueurs dépassent les bornes durant leur émission. Si la mystification s’accentue, une sanction est applicable d’une manière ou d’une autre. Aussi, le CSA est partant pour l’approche genre en préservant l’image de la femme et de la protection de l’enfant. Bref, le CAS ne supporte pas en aucun cas le manque de respect envers les femmes.